ANTHONY LACROIX EN RÉSIDENCE

Le projet:

Du mois de Janvier à Mai, la Salle du Parvis accueil en résidence le poète performeur Anthony LacroixPour l’occasion, il réalisera le spectacle Le quartier de ton corps et ouvrira son carnet de création sur le site : https://www.salleduparvis.com/anthony-lacroix/. Vous y découvrirez des photographies de l’Est, des brouillons de poèmes et des dessins ratés.

Spectacle : Le quartier de ton corps

Le spectacle Le quartier de ton corps est un projet multidisciplinaire qui a pour but de redéfinir les lieux collectifs de la région Est de Sherbrooke. Il réunira les médiums de la danse, de la projection, de la poésie d’oralité et de la photographie dans un spectacle d’une heure et quart. Fusions, investissements économiques et réorientations immobilières ont relégué l’Est à un simple quartier où se côtoient les histoires personnelles et le patrimoine culturel et social. Il a pour but d’apporter un regard contemporain et artistique sur les habitants d’une partie de la ville délaissée par le foisonnement culturel de la «Reine des cantons».

Le projet:

Du mois de Janvier à Mai, la Salle du Parvis accueil en résidence le poète performeur Anthony LacroixPour l’occasion, il réalisera le spectacle Le quartier de ton corps et ouvrira son carnet de création sur le site : https://www.salleduparvis.com/anthony-lacroix/. Vous y découvrirez des photographies de l’Est, des brouillons de poèmes et des dessins ratés.

Spectacle : Le quartier de ton corps

Le spectacle Le quartier de ton corps est un projet multidisciplinaire qui a pour but de redéfinir les lieux collectifs de la région Est de Sherbrooke. Il réunira les médiums de la danse, de la projection, de la poésie d’oralité et de la photographie dans un spectacle d’une heure et quart. Fusions, investissements économiques et réorientations immobilières ont relégué l’Est à un simple quartier où se côtoient les histoires personnelles et le patrimoine culturel et social. Il a pour but d’apporter un regard contemporain et artistique sur les habitants d’une partie de la ville délaissée par le foisonnement culturel de la «Reine des cantons».

commodo ut ut libero leo dolor. sed massa Sed